Bégaiements

Tu me moques de toi quand mes mots se mélangent
Que mes eaux s’avalanchent aux revers des lois
Soliloque amoureux cousu de fil de soi
Comme un coeur qui s’épanche au gré des airs de l’ange

Tu te fais suspension quand j’applique mes points
A ton verbe trop haut et tes mots doux trop bas
Au devant des nations que la trique déçoit
Usinée Seveso mais perdue dans sa foi

Je l’oublie perds les eaux enceint d’un prêt zéro
D’intérêts avarié et fichu de fardeaux
Que t’aides à charrier dans les rus du hasard

Nos habits seront beaux et nos pulls bien trop grands
De nos vies tricotées à l’ombre des avants
Même si l’insensé rime à notre grand soir

Laisser un commentaire