Estampe

J’ai donné des nœuds dénudés
Torturés par des torts délurés
Aux dentelles émasculées
Fichues des raisins d’un autre été
Elles avaient au sein des armées
En rangs déteints refoulées
Les yeux écrins de rêves raturés
Tu peux lui dire à cette putain
Que la guerre n’est pas loin
Au cul trempé d’un matin
Qui ne voudra pas se lever

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *