A travers champs

Elle courait les champs quand elle avait ton âge
Les mains le coeur battant ne sachant la balade
Qu’elle servait au vent en guise de brimade
Pour avoir fait trop grands ses espoirs de rivages

Elle défiait le ciel et même les nuages
Avec ses jeux cruels quêtant cette chamade
Au détour d’un duel contre les voeux en rade
Qui coulent le Rimmel sur son blanc maquillage

Elle y croyait comme eux elle ignorait que toi
Un jour tu ferais feu de ses armes en bois
En ravageant les prés qu’elle a conquis en rêves

En ravivant les plaies qu’elle a guéri de sève
En y plantant un roi un arbre de Noël
Avec les bras en croix pour lui servir d’écuelle

Laisser un commentaire